Saint Sornin devient le musée des Mariniers

En 1939 le musée s'est installé là par opportunité, il entend y rester par choix et par fidélité. il s'est crée au fil du temps une relation très forte entre le monument et les objets qu'il abrite.

 

Son histoire, ses pierres et son décor, Saint-Sornin est le plus précieux témoignage sur ce qu'é tait la vie au bord du fleuve au temps des grands équipages. Et c'est justement la thématique du musée.

 

St Nicolas, peinture faite par la dévotion de François Cuminal

 

L'église Saint-Sornin est communément appelée l'église des mariniers  :

 

- La charpente fut exécutée par les charpentiers de marine, qui œuvraient plus généralement à la construction et à l'entretien des barques du Rhône.

 

- Les riches maitres d'équipage se sont longtemps fait inhumer à l'intérieur de l'église. Les peintures murales de l'arc triomphal portent l'inscription du nom des généreux donateurs qui ont offert ce décor à Saint-Sornin; or, les Boissonnet et Cuminal comptent parmi les plus illustres familles de mariniers de Serrières.

 

Par ailleurs, les saints personnages qui peuplent le décor de l'ancienne église la rattachent indéniablement au fleuve.

 

 

 

Chapelle latérale : le martyr de Saint Sébastien.

 

Ainsi, les murs racontent l'histoire de Saint Nicolas, patron des mariniers, de Saint Roch, patron des cordiers et protecteur des animaux domestiques, dont les chevaux de halage. Saint Roch est d'ailleurs représenté vêtu à la façon des mariniers, portant la taillole et le foulard rouge autour du cou.

 

 

 

 

 

L'arc triomphal s'orne également d'une scène représentant le baptême du Christ par Jean-Baptiste, et, au travers des eaux du Jourdain, c'est encore une allusion au fleuve. Ce dernier thème est repris sur la porte du baptistère de l'église, datée du XVllème siècle et classée monument historique.

 

L'arc triomphale.

 

L'influence du fleuve se retrouve aussi dans le mobilier et les objets de culte. Une statue ancienne représente Saint-Pierre, patron des pêcheurs, tandis que l'on retrouve Saint Nicolas, aux côtes de Saint Louis et Saint Antoine dans un vaste tableau du XVIIème siècle.

 


Réagir

CAPTCHA